Diversité, Migrations & Compétences / Gestion stratégique de la Diversité

FORMATION ET “CAPITAL HUMAIN”

Selon l’Office fédéral des statistiques (2009), une hausse importante du niveau de la formation a été constatée en Suisse ces 10 dernières années notamment en raison des qualifications élevées caractérisant la nouvelle migration. Les enjeux du développement économique des régions dans ce monde globalisé semblent se porter davantage sur le capital humain plutôt que financier. On parle de société du savoir, d’économie de la connaissance avec une emphase toujours plus marquée sur les nécessaires identifications et capitalisations de connaissances internes aux organisations et la conception du savoir en tant que « bien économique » (Foray, 2009).

Toutefois, ces données ne sauraient masquer une réalité moins favorable et positive pour les résidents étrangers établis en Suisse depuis plus de 10 ans. On note par exemple chez les étrangers ayant suivi leur scolarité en Suisse un faible accès à l’Université.
Au 2ème trimestre 2007, selon le rapport sur la Population étrangère en Suisse (2008), 43% des personnes sans emploi en Suisse sont étrangères avec un taux de sans-emploi de 7,1% contre 2,7 pour les Suisses. Les femmes et les jeunes de nationalité étrangère dont le niveau de formation est relativement « bas » sont particulièrement concernés. Les enjeux de la formation professionnelle deviennent pour une partie de la population étrangère, en dépit des chiffres positifs et des changements de tendance relevés par les études récentes au sujet des nouvelles migrations, d’une grande sensibilité. La question soulevée par la nature et les moyens d’accès aux savoirs, aux compétences considérées comme « clé » et aux qualifications, en formation initiale et tout au long de la vie et en lien avec les caractéristiques fortes du marché du travail, est cruciale et le deviendra toujours plus.